Les News

Avril 2018

Dernière mise à jour > 14/04/2018 08:20




«Éviter que les entreprises s’en aillent»

 

Voir
Seize propositions retenues par Oser

 

Voir
«Pas besoin d’enquête, je connais mon village»

 

Voir
3 points du programme

 

Voir
Subsides pour le réfectoire

 

Voir

Qu’est-ce qui préoccupe les Jalhaytois?

 

Voir
 
 

Haut de page

 

«Éviter que les entreprises s’en aillent»

L’atelier rural de la commune de Jalhay, à Roquez (Cockaifagne), a été inauguré en septembre 2017.Romain RIXHON

La commune de Jalhay a développé elle-même un projet de parc d’activité économique qui, après une dizaine d’années d’étude, de demandes de permis, etc.,

est sorti de terre l’an dernier, à Roquez (Cockaifagne), à proximité de l’autoroute.

«Ce projet émane de l’opération de développement rural lancée en 2003, rappelle l’échevin de l’Économie, Éric Laurent (groupe MR-IC-EJS). À cette époque, il y avait de nombreux entrepreneurs qui quittaient la commune, faute de place ou de possibilités d’extension. C’est pour éviter que des entreprises quittent Jalhay qu’il a donc été proposé puis décidé de développer une zone pour les accueillir.»

Le parc d’activité de Roquez comporte deux volets. Il y a un atelier rural, qui appartient à la commune, laquelle en loue des espaces à des entreprises. Ce bâtiment comprend deux ateliers et quatre espaces de bureaux. Il abrite des sociétés actives «notamment dans le matériel forestier, le référencement informatique, les objets en bois, la mécanique fine, etc.» et «tout récemment, un dernier bureau a été loué à une entreprise de bijoux et objets de mode».

Contrairement à l’atelier rural, qui reste la propriété de la commune, les terrains qui l’entourent, dans ce nouveau parc d’activité économique, sont destinés à la vente. Bonne nouvelle, là aussi, «les neuf emplacements sont tous réservés. Les actes de vente sont déjà passés pour certains et il y a des promesses de vente signées pour les autres. Pour des activités de traiteur, de menuiserie, de mécanique automobile, d’articles publicitaires, etc. Ce succès prouve bien que le projet répond à un besoin», sourit l’échevin de l’Économie, qui souligne aussi une autre initiative lancée il y a quelques années par la commune de Jalhay: «La création d’un groupement d’entrepreneurs locaux, qui vit par lui-même et est très actif, avec ses 200 membres, pour soutenir les entreprises locales, favoriser leur réseautage et aussi aider les jeunes qui se lancent. Ce groupement tient d’ailleurs son premier salon ouvert au public pour faire connaître l’activité de ses membres, ce week-end à la salle de la Grange, à Sart.»

Source du journal LE JOUR Verviers  du 14 Avril 2018

Haut de page

 

Seize propositions retenues par Oser

Eva Franssen est heureuse que les Jalhaytois se soient mobilisés.ÉdA

Mardi dernier, le groupe Oser Jalhay-Sart organisait une grande table ronde ouverte aux citoyens et qui faisait suite à une grande enquête menée sur toute la commune.

«On est vraiment satisfait de cette rencontre, note Eva Franssen. Au total, 48 personnes se sont déplacées pour échanger et travailler sur des thématiques le temps d’une soirée.»

Au final, 16 propositions concrètes ont été formulées par les participants. Articulées autour de cinq thématiques (vie rurale, finances, logement, participation citoyenne et transition, voir L’Avenir du 4 avril), celles-ci intégreront le futur programme d’Oser. Parmi elles, on retrouve notamment la mise en place d’un groupement d’associations. «L’idée, ce serait de s’inspirer du groupement d’entreprises “Jalhay, j’y entreprends” et de l’appliquer aux associations locales. Ainsi, elles pourraient se retrouver, travailler ensemble», indique-t-elle. La question du lien social revient également souvent. «Cela pourrait se faire à partir des projets culturels, sportifs, environnementaux». Dans le même ordre, les citoyens ont aussi pensé à la mise en place d’un Monsieur Agriculture, en référence au fameux Monsieur Camp jalhaytois. «Celui-ci effectuerait un service de médiation, dans le but de réexpliquer en quoi consiste le métier mais aussi faire part des désagréments. Le milieu agricole nous apporte beaucoup et c’est important de le rappeler aux nombreux néoruraux présents sur la commune. Il y a parfois des incompréhensions», précise Eva Franssen.

La table ronde prévoit également la création de commission pour chaque échevinat. «Il faudrait prévoir un budget pour l’animation pour ne proposer le même système que dans la CCATM par exemple». Au niveau du logement, les Jalhaytois ont fait part de leur envie de voir apparaître des habitats groupés intergénérationnels. «Ce n’est pas la première fois qu’on en parle à Jalhay, mais cela n’a jamais abouti.»Idem pour des lieux de partage comme un potager communautaire. «Il y a une vraie demande».

Maintenant, certaines de ces propositions vont déboucher sur des groupes de travail, afin d’être affinées. Prochain feedback dans quelques semaines, donc.

www.oseravecvous.be

Source du journal LE JOUR Verviers  du 11 Avril 2018

Haut de page

 

«Pas besoin d’enquête, je connais mon village»

Les résultats de l’enquête citoyenne de l’opposition? «Pas surprenants», pour Michel Fransolet.ÉdA Philippe Labeye-

Le bourgmestre Michel Fransolet réagit aux résultats de l’enquête citoyenne, réalisée par l’opposition Choisir-Ensemble.

Michel Fransolet, vous êtes bourgmestre (MR-IC-EJS) de la commune de Jalhay. L’opposition Choisir-Ensemble vient, dans notre édition de samedi, de sortir les résultats d’une enquête citoyenne en ligne. Quelle est votre réaction par rapport à ceux-ci?

Le sondage, je savais qu’il avait eu lieu. C’est une première chose. Maintenant, j’ai un peu vu les résultats. Certains m’étonnent, comme la qualité de nos routes qui est remise en question. Le fait est que les gens ne savent pas quelles sont les routes communales et les routes régionales. Ils ne font donc pas de différence. Nous avons une voirie de 270 km et je pense que les routes communales sont vraiment bien entretenues. Mais il faut voir quel est le pourcentage de personnes ayant répondu au sondage.

En tout, ce sont une centaine de personnes qui ont répondu au sondage. L’enquête a été «vue» par 2 200 personnes.

Une centaine… Ce n’est pas énorme! D’autant plus qu’on a 3 600 ménages à Jalhay. C’est donc très faible au niveau du pourcentage.

Trouvez-vous ce sondage pertinent?

Pas vraiment. Car si vous m’aviez demandé ce qui allait ressortir de l’enquête, je vous aurais dit le hall omnisports et la mobilité douce. Et c’est bien le cas.

S’agit-il donc là de deux vraies problématiques qui sont soulignées à travers cette enquête et dans le programme de Choisir-Ensemble?

Au niveau du résultat de la mobilité, tout le monde sait qu’il y a un problème de mobilité douce. C’est évident et c’est quelque chose qui est réclamé par l’ensemble de la population. Mais ce n’est pas un problème propre à Jalhay. C’est généralement le cas pour toutes les communes de la région. Mais nous avons quand même commencé à créer des trottoirs, à emménager le RAVeL… Les travaux vont d’ailleurs commencer d’ici août ou septembre. On voit que c’est en train de bouger dans l’ensemble de la région, grâce aux gros subsides qui sont pour l’instant donnés pour des aménagements en matière de mobilité. Donc, c’est déjà en train de bouger fortement. Mais il y a énormément à faire.

Les autres deux points du programme de l’opposition sont le hall omnisports et la maison de repos. Qu’en pensez-vous?

Le hall omnisports a toujours été un cheval de bataille pour Christian Vanden Bulck, depuis les années 2000. Il a été douze ans au pouvoir, il l’a toujours voulu mais il n’a jamais rien fait (rires). Et aujourd’hui, il revient avec cette histoire. Mais, je ne vais pas me prononcer maintenant sur la nécessité ou non d’un hall omnisports à Jalhay. Mon nouveau groupe n’a pas encore sorti le programme et c’est une décision qui revient à l’entièreté du groupe. Je ne suis pas tout seul!

Et la maison de repos?

C’est vrai que la commune n’a pas de maison de repos communale. Mais il y a deux maisons de repos gérées par des groupes indépendants, dont Les Cheveux d’Argent qui viennent encore de créer 20 nouveaux appartements en résidences services.

Mais encore une fois, je ne peux pas me prononcer sur notre programme.

Votre nouveau groupe n’a donc pas encore sorti son programme. Pensez-vous, vous aussi, réaliser une enquête citoyenne?

Non, nous n’allons pas faire d’enquête. Je pense qu’on connaît bien les problématiques de certaines difficultés de la commune de Jalhay. J’ai travaillé six années dans l’opposition, je connais bien mon village. Et puis, surtout, on rencontre les citoyens régulièrement lors des manifestations. Et aussi, depuis ma mandature, en 2012, on reçoit régulièrement les personnes qui le désirent à la Commune. Ce qui n’existait pas dans le passé. À l’époque, il n’y avait jamais personne. Par contre, aujourd’hui, on fait des enquêtes de 100 personnes…

Source du journal LE JOUR Verviers  du 09 Avril 2018

Haut de page

 

««Faisabilité, financement»

Christian Vanden Bulck compte dévoiler sa liste au mois de juillet.DR AV

Christian Vanden Bulck, vous êtes la tête de liste de Choisir-Ensemble pour les élections communales d’octobre 2018. L’enquête en ligne réalisée par le groupe a-t-elle conforté les idées de ce dernier?

Oui, quand même: nous ne sommes vraisemblablement pas à côté de la plaque. Nos trois projets annoncés (N.D.L.R.: hall omnisports, maison de repos et plan de mobilité), je les avais en tête depuis un moment. Par ma profession (N.D.L.R.: médecin), j’ai droit à un «coup de sonde» tous les jours (sourire).

Une idée sortie de cette enquête vous a-t-elle surpris positivement… au point d’y réfléchir, sans que ça ait été prévu?

Il n’en ressort pas de grosse nouveauté: la réponse à votre question est plutôt «non».

Vos trois projets précités peuvent paraître coûteux.

Nous étudions les possibilités qui nous permettraient de les réaliser sans qu’ils soient un gouffre pour les finances jalhaytoises… et sans augmenter les impôts (N.D.L.R.: fixés à un des taux les plus bas de la région). Notre mode d’action est toujours: faisabilité, financement.

Comment analysez-vous les retours que vous avez eus de l’enquête vis-à-vis de la politique menée par la majorité MR-IC-EJS?

Le constat est plutôt positif sur un ou l’autre point, comme l’accueil de la petite enfance, mais de manière générale, les gens ne sont pas contents. Mais c’est normal, et non-représentatif: ceux qui répondent à ce genre d’enquête ont forcément des choses «négatives» à dire. Bon, on a aussi eu droit au commentaire suivant: «Il faut changer de majorité!» (rires).

Où en est votre travail sur la liste et le programme?

Le programme complet sera annoncé fin juin, la liste en juillet. Elle sera composée de gens méritants et représentatifs de la population: l’objectif est quand même de faire des voix. Parmi les femmes, nous aurons des «personnalités communales».

Source du journal LE JOUR Verviers  du 07 Avril 2018

Haut de page

 

3 points du programme

1 Un hall omnisports Ce «vieux fantasme» – selon les mots de Christian Vanden Bulck –, enterré par la majorité MR-IC-EJS, va être remis sur la table par le groupe Choisir-Ensemble, si celui-ci accède au pouvoir communal.

«Nous n’obtiendrons jamais un consensus à ce niveau: c’est pour cela que nous comptons le faire passer «en force» (sic), car Jalhay en a absolument besoin. Ce ne sera pas un mastodonte qui crèvera les finances: un espace public, aussi à vocation culturelle, permettant de pratiquer tous les sports. Un peu comme ils ont à Dolhain. Nous étudions sa faisabilité et son financement: nous avons de bonnes pistes, prometteuses», annonce le leader de Choisir-Ensemble.«Aujourd’hui, sur la commune, on ne peut pratiquer que le foot, le tennis et le tennis de table… L’enquête de la SPI + sur laquelle se base la majorité pour proclamer qu’un hall serait inutile date de 2004, n’était pas très bien faite et arrivait surtout à la conclusion… que les Jalhaytois voulaient une piscine (sourire).»

2 Maison(s) de repos«Jalhay fait partie des 10% de communes wallonnes à n’avoir aucune maison de repos sur son territoire», constate Christian Vanden Bulck. «Ce projet est lui aussi à l’étude par nos experts. Nous voyons, dans certaines communes, qu’une maison de repos ne fait pas forcément perdre de l’argent, qu’elle est autonome. Un tel établissement est capital pour une commune.»

3 Un projet global de liaison douce«Nous avons un plan de mobilité. Il comprend des liaisons douces – pour cyclistes – entre les villages, ainsi que l’acquisition de véhicules permettant d’améliorer la communication intrajalhaytoise histoire de pallier le manque de passage des bus du TEC», dévoile Jean-Paul Collette, responsable com’ pour le groupe politique.

Source du journal LE JOUR Verviers  du 07 Avril 2018

Haut de page

 

Subsides pour le réfectoire

JALHAY Dans le cadre du programme prioritaire de travaux (PTT), le Gouvernement wallon a décidé d’accorder un subside de 151.6

85 euros à la Commune, pour la rénovation du réfectoire de l’école fondamentale du village (rue de la Fagne). Le montant total de ces travaux s’élève à 216.693 euros. «Ces travaux d’aménagement se situeront notamment au niveau de la charpente, des châssis, de l’isolation, de l’éclairage…», précise le Gouvernement. De nouveaux WC (dont un pour PMR) ainsi que du mobilier pour la cuisine sont aussi prévus. Le réfectoire avait été incendié en juillet 2016, suite à une fausse manœuvre effectuée lors d’un désherbage au chalumeau. L’école de Jalhay fait partie des cinq établissements scolaires qui vont bénéficier de ces subsides.

Source du journal LE JOUR Verviers  du 07 Avril 2018

Haut de page

 

Qu’est-ce qui préoccupe les Jalhaytois?

Dans l’enquête, les Jalhaytois ont souvent regretté le manque de moyens de transport pour relier les villages.ÉdA Philippe Labeye

Le groupe Oser Jalhay-Sart organisait mardi une table ronde sur des thématiques soulevées par les citoyens. Petit aperçu des sujets qui intéressent les Jalhaytois.

En cette période préélectorale, le groupe d’opposition Oser Jalhay-Sart a décidé d’inclure les citoyens dans l’élaboration de son futur programme. Il y a quelques semaines, celui-ci avait en effet lancé en ligne une grande enquête sur cinq thématiques: vie rurale, finances, logement, participation citoyenne et transition (voir L’Avenir du 3 mars). Sur le principe de la consultation populaire, une centainte d’habitants ont également été tirés au sort pour donner leur avis. La phase finale de cette initiative se tenait ce mardi soir, à la salle La Petite France à Surister, avec une table ronde permettant à tous de débattre sur les éléments collectés.

«Les gens étaient vraiment contents que l’on soit allé vers eux, explique Eva Franssen. Les premiers retours sont d’ores et déjà visibles sur notre site internet (NDLR: www.oseravecvous.be). Ceux-ci vont servir de pistes de réflexion pour chacune des tables de discussion.»

Le traitement des eaux, la mobilité et les circuits courts

Parmi les sujets soulevés par les citoyens, on retrouve assez étonnamment l’épuration des eaux. «Cela nous a surpris», avoue Eva Franssen. On peut lire sur le site que «des citoyens de Mariomont et Solwaster souhaitent un égouttage des domiciles des particuliers vers des lagunages communs». La mobilité est également un point qui revient souvent. «Les gens regrettent le manque de moyens de transport entre les différents villages de la commune», note-t-elle.

Le cadre de vie reste aussi l’une des priorités. «On nous a beaucoup parlé de l’état des chemins, de la taille des haies ou encore de l’habitat.» Certains estiment notamment qu’il serait utile de disposer d’un potager à partager afin de garder de la proximité entre les gens des villages et de favoriser le dialogue. Dans ce sens, les commerces de proximité ont également le vent en poupe. «Les citoyens ont marqué leur intérêt pour les circuits courts. On a encore la chance à Jalhay d’avoir pas mal de petits producteurs et de commerces locaux à soutenir. Ce thème est à la fois revenu dans les sources de satisfaction et dans les objectifs à poursuivre.»

En revanche, la thématique de la transition demeure assez floue dans l’esprit des gens. «C’était un sujet qui nous tenait à cœur mais qui est encore méconnu. On a souvent dû réexpliquer le concept aux personnes que nous rencontrions.» Voilà qui a le mérite d’ouvrir le débat!

Source du journal LE JOUR Verviers  du 04 Avril 2018

Haut de page